SESSION 5 (Groupe D)

Sommaire

5. La perception du corps et la satisfaction corporelle

Bibliographie

.

5. La perception du corps et la satisfaction corporelle

La perception du corps est souvent biaisée lorsque l’on souffre de troubles du comportement alimentaire avec pour conséquence une insatisfaction corporelle. Cette altération de la perception du poids et de la forme de son corps est influencée par notre état émotionnel ainsi que par la pression sociale. En effet, il est constaté de nos jours et dans notre société une intensification des attentes sociales. Cette pression sociale sur le poids et la silhouette est parfois augmentée de la part de notre entourage et de notre famille ainsi que par les médias concernant le contrôle de sa faim, l’idéalisation de la minceur et le mépris de la graisse corporelle (Cooper, 2009).

L’insatisfaction corporelle, parce qu’elle est associée à des sentiments négatifs, nous fait éprouver une vision subjective négative de votre corps ou de certaines parties de celui-ci.
Autrement dit, nous avons le sentiment d’avoir un corps significativement plus gros qu’il ne l’est en réalité. Il se peut alors que devant des représentations de silhouette correspondant à différentes morphologies, nous ayons tendance à gonfler notre ligne réelle. Cet écart entre la ligne réelle et la ligne perçue est assez fréquent mais cette différence s’accentue en cas de troubles du comportement alimentaire. Quant à la silhouette de la ligne idéale, elle est souvent encore 25% en dessous de la ligne du mal contre 10 % en moyenne chez les personnes ne souffrant pas de TCA. Ce sentiment est associé à des émotions pénibles, des angoisses et une baisse de l’estime de soi (Simon & Nef, 2002).

Essayez de réaliser à quel point ces préoccupations autour de votre image corporelle prennent un espace démesuré va générer de la souffrance mais est utile. C’est pourquoi, un exercice pour y parvenir serait que vous réfléchissiez aux différents aspects de votre vie auxquels vous pouvez vous consacrer. Parmi ceux-ci, l’un d’eux concerne la place prise par les préoccupations au sujet de votre poids, de votre alimentation et de votre apparence. Vous pouvez en faire une liste. Ensuite compléter un diagramme en pointe de tarte reflétant la place prise par chacun de ces domaines dans votre vie actuelle, en terme de temps, d’énergie et de préoccupation.

Voici un exemple (tiré de Goulet et al., 2019) :

.

Réfléchissez ensuite à ce qui est vraiment important à vos yeux. C’est ce qui représente votre système de valeurs. Faites ensuite un deuxième diagramme représentant les proportions qui illustreraient le mieux ce système de valeurs. Cela pourra sans doute vous permettre de constater à quel point les préoccupations à propos du poids et de votre image corporelle prennent de la place et vous empêchent de consacrer votre vie à ce qui est véritablement important à vos yeux comme dans l’exemple suivant.

.

Enfin, en ce qui concerne l’activité physique bien qu’il soit avéré qu’elle contribue au bien-être physique et mental, pratiquée en excès, elle peut favoriser la mise en place de conduites à risque surtout si elle est associée à une restriction alimentaire. Aussi, il est essentiel d’adopter un comportement raisonnable et régulier dans ce domaine avec plutôt l’objectif de se faire plaisir. Il s’agira donc d’une pratique qui devra être adaptée et dont les bénéfices seront d’autant plus importants si l’on opte pour une pratique en groupe et encadrée.

En résumé, l’insatisfaction corporelle est associée à des sentiments négatifs avec pour effet une vision subjective négative du corps ou de certaines parties de celui-ci. C’est pourquoi, réaliser à quel point ces préoccupations autour de l’image corporelle prennent un espace démesuré peut- être utile notamment en comparaison avec ce qui est vraiment important dans notre vie. Constater à quel point les préoccupations à propos du poids et de l’image corporelle prennent beaucoup de place permet de mesurer à quel point cela empêche de consacrer sa vie à ce qui est véritablement important.

.

Bibliographie

Cooper, P. (2009). Réussir à surmonter boulimie, suralimentation et binge eating. Intereditions. Goulet, J., Chaloult, L., & Ngô, T. L. (2019). THÉRAPIE COGNITIVO- COMPORTEMENTALE

DES TROUBLES ALIMENTAIRES. MANUEL D’INFORMATION DESTINÉ AUX PATIENTS.

Simon, Y., & Nef, J.Y. (2002). Comment sortir de l’anorexie ? et retrouver le plaisir de vivre. Odile Jacob.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *