SESSION 3 (Groupe D)

Sommaire

3. Les cognitions liées à la boulimie, l’hyperphagie boulimique et à l’anorexie

3.1 Croyances et perception du monde

3.2. Les croyances génèrent des pensées automatiques

3.3 Pensées automatiques en lien avec les problèmes de conduites alimentaires

3.4 L’auto observation des évènements et/ou émotions déclencheurs de pensées automatiques : idée du carnet d’observation.

Bibliographie

.

3. Les cognitions liées à la boulimie, l’hyperphagie boulimique et à l’anorexie

3.1 Croyances et perception du monde

Quelle que soit notre histoire de vie et la façon de l’aborder, nous agissons tous à partir de croyances, plus ou moins conscientes, et plus ou moins fondées, mais qui sont à l’origine de nos choix, de nos objectifs et du sens que nous donnons à notre vie. Dans le cas de la boulimie, de l’hyperphagie boulimique et de l’anorexie, nous attachons beaucoup d’importance à la minceur, au poids et au contrôle de celui-ci et établissons souvent un lien étroit entre notre poids, notre ligne et la valeur personnelle que nous nous attribuons (Simon & Nef, 2002). Ces préoccupations excessives concernant le poids peuvent conduire à adopter d’autres comportements ayant pour conséquence de vous enfermer davantage dans ce cercle vicieux. Vos impressions sont souvent perturbées entretenant ainsi les fausses croyances (Goulet, J., Chaloult, L., & Ngô, T. L. (2019), p14). Si, une croyance « désigne l’attitude intellectuelle d’une personne qui tient pour vrai un énoncé ou un fait sans qu’il y ait nécessairement une démonstration objective et acceptable de cette attitude. La perception « désigne l’ensemble des mécanismes et des processus par lesquels l’organisme prend connaissance du monde et de son environnement sur la base des informations élaborées par ses sens » (https://carnets2psycho.net). Or, parmi nos croyances, certaines sont peu conformes à la réalité. Par exemple, il vous est peut- être déjà arrivé d’entendre les personnes de votre entourage vous dire que vous êtes joli.e alors que vous vous trouvez trop fort.e. Ou encore de penser qu’une personne ne s’intéresse pas à vous parce que vous êtes gros.se.

.

3.2 Les croyances génèrent des pensées automatiques

Comme nous analysons et évaluons les situations et les évènements de la vie à partir de nos croyances, ces dernières sont successibles de générer des biais et notre représentation de la réalité s’en trouve alors déformée. En ce qui concerne les croyances (nous verrons plus tard ce qu’il en est de la perception), ces biais, aussi appelés distorsions cognitives, seront à l’origine de pensées automatiques (qui, à la suite d’une situation, surviennent très rapidement et sans que les contrôlions), suivies d’émotions (le plus souvent des émotions désagréables). Ces pensées sont aussi la cause du déclenchement de réactions ou comportements inappropriés ou dysfonctionnels avec des conséquences qui peuvent être néfastes pour notre santé.

Il s’agira tout d’abord d’en prendre conscience, de repérer et notamment d’observer dans quel contexte ou dans quelle situation ces pensées automatiques négatives surviennent ainsi que les émotions et comportements qu’elles provoquent. Autrement dit, cela peut consister à se poser la question suivante : « Pourquoi et comment se fait-il que je réagisse ainsi face à telle situation et/ou tel évènement ? Quelle émotions me traversent ? ». En effet, c’est en essayant de mieux repérer ce qui influence les conditions de déclenchement de vos comportements que vous pourrez les faire évoluer. Cela s’appelle l’auto-observation.

.

3.3 Pensées automatiques en lien avec les problèmes de conduites alimentaires

Concernant les pensées automatiques qui sont liées aux symptômes de la boulimie, de l’hyperphagie boulimique et de l’anorexie, il s’agit de toutes les pensées qui concernent l’apparence physique et son contrôle. Par exemple, vous regardez une photo de vous et vous vous dites que vous êtes gros.se. Il s’en suit généralement des pensées négatives et un sentiment de dévalorisation. Pour les diminuer, vous risquez de développer une attitude de perfectionnisme qui pourrait vous épuiser à la longue.

Prendre conscience de vos croyances, en repérer les biais et développer une vision plus juste seront aussi importants pour votre satisfaction corporelle.

.

3.4 L’auto observation des évènements et/ou émotions déclencheurs de pensées automatiques : idée du carnet d’observation

Cela consiste à devenir de fins observateurs de vous-même et plus particulièrement de vos comportements problématiques, c’est-à-dire de repérer précisément les contextes dans lesquels ils apparaissent, les pensées automatiques qui y sont liées ainsi que les émotions que vous ressentez. Il vous faut noter dans un carnet les différents moments de la journée, vos comportements alimentaires, vos comportements de contrôle de poids ou de maintien de votre silhouette et les pensées automatiques associées. Vous compléterez en indiquant les situations ou éléments de contexte qui auraient pu déclencher ces pensées automatiques. Il peut s’agir d’évènements tels que des vomissements, une prise de laxatifs, une pesée, un regard dans un miroir ou des émotions désagréables comme le non-respect d’une règle alimentaire que vous vous étiez fixée, l’inactivité, la solitude…

En face de chaque évènement ou situation, il faudra essayer d’identifier la pensée automatique qui en découle et la noter. Cela consiste à prendre conscience du discours intérieur qui précède ou accompagne un comportement ou une émotion. Par exemple, vous avez mangé du chocolat alors que celui-ci fait partie des aliments que vous vous interdisez car vous pensez que le chocolat fait grossir. Quelle est votre pensée juste après avoir mangé ce chocolat et quelles sont les émotions et/ ou les comportements qui vont s’en suivre. Par exemple : vous ressentez de la colère, du dégoût, de la culpabilité, de la tristesse…

En résumé, vous noterez : l’heure des repas et/ou des collations, leur contenu, la quantité, la manière de les ingurgiter (rapidement, lentement, …), les circonstances (seul, accompagné,…), les idées qui vous viennent à l’esprit avant de manger ou de boire, pendant et après, vos émotions avant, pendant et après…

.

CARNET ALIMENTAIRE JOURNALIER (Simon & Nef, 2002)

Quantités de nourriture et de boisson consomméesLieuBV L D C-FCommentaires (contexte, émotions, pensées, poids, sport…)

B = crise de boulimie

V = vomissement

L = laxatif

D = diurétique

C-F = coupe-faim

.

Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour vous aider à remettre en question ces pensées.

Bibliographie

Simon, Y., & Nef, J.Y. (2002). Comment sortir de l’anorexie ? et retrouver le plaisir de vivre. Odile Jacob.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *