SESSION 1 (Groupe M)

Bienvenue sur le programme !

.

Vous avez décidé de travailler sur l’amélioration de votre image corporelle et nous sommes prêts à vous y aider.

Cette courte session vous permettra de découvrir le programme et vous aidera à vous orienter dans cette voie.

.

Sujets abordés dans cette session :

  • Informations générales sur le programme
  • Croyances concernant le corps et l’estime de soi
  • Comment est votre image corporelle ?
  • Avoir une perspective historique
  • L’image corporelle sur le cerveau
  • Lecture de la session 1

.

Le programme fonctionne bien parce que vous pouvez suivre vos progrès tout au long du programme grâce aux questionnaires !

Vous répondrez à un premier questionnaire aujourd’hui, au milieu et à la fin du programme.

Vous remarquerez sûrement que nous vous posons des questions générales. Cela nous permet d’adapter le programme à vos besoins.

.

Voici le lien du premier questionnaire : https://parisouestpsy.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_bpI73MeTakUXVNs  

.

Informations générales

Nous sommes ravis que vous rejoigniez les rangs des milliers d’étudiants qui ont participé au programme et amélioré leur image corporelle.

 La première étape est de connaître le programme.

Et surtout n’oubliez pas : le changement peut être difficile, même lorsqu’il est positif.

Nos conseils :

  • Fixez-vous des objectifs réalisables
  • Concentrez-vous sur les petites étapes
  • Pratiquez de nouvelles compétences tous les jours
  • Utilisez le soutien positif de votre entourage

.

La vie n’est pas toujours juste ; dans un monde idéal, tout le monde aurait un poids et une apparence appréciés par la société. Il est normal de vouloir correspondre aux standards de beauté dans une société qui valorise la minceur, la beauté, le fait d’être grand, musclé… Il est donc normal et courant de vouloir s’intégrer et rentrer dans le moule. Mais n’oubliez pas qu’avoir une bonne estime de soi ne signifie pas avoir « un corps de rêve » mais avoir le sentiment de réussir dans une variété de domaines : l’école, le travail, les amitiés, les loisirs…

Une image corporelle « saine » n’est pas « une chose simple ». Il faut travailler en permanence pour réguler son comportement et ses pensées sur son corps pour pouvoir l’accepter. Il est difficile de résister aux défis externes et internes de la satisfaction corporelle. Il est donc difficile de changer l’image que l’on a de son corps.

Mais grâce à l’étude de ce programme au cours des années précédentes, nous savons que les personnes qui suivent le programme jusqu’au bout et y consacrent des efforts en ressortent plus satisfaites de leur corps. Nous savons que ce que nous vous demandons est difficile à faire, mais vous pouvez le faire !

.

Discussion de groupe

La discussion de groupe est l’occasion pour vous de discuter avec les autres membres du programme ! Partagez vos réactions face au programme et cherchez le soutien d’autres personnes qui vivent des expériences similaires.

Pour votre information, la discussion est modérée par Aurore Simard (étudiante en Master 2 de psychologie à l’Université Paris Nanterre et sous la supervision de Madame Lucia Romo professeur et maitre de conférences au sein de l’université Paris Nanterre) qui lit et répond aux messages, principalement pour s’assurer que la discussion reste un espace sûr et de soutien pour tous les membres du programme.

.

Le saviez-vous ? Nos recherches montrent que les personnes qui utilisent et participent activement au groupe de discussion et aux réunions Zoom réussissent mieux dans le programme. Alors qu’attendez-vous ? Allez-y et contribuez ! N’oubliez pas que même si vous n’avez rien à partager, vous pouvez toujours aider un autre membre et répondre à son message.

.

Confiance et confidentialité

Le groupe de discussion n’est pas anonyme, c’est la raison pour laquelle vous n’êtes pas obligé de l’intégrer et que vous pouvez le quitter à tout moment. Nous vous demanderons tout de même de bien vouloir être présent aux réunions zoom car de précieux conseils vous seront donnés pour avancer sereinement dans le programme. Bien sûr, vous n’êtes pas tenus de mettre votre caméra ou même de participer. Faites comme vous le sentez !

Voici quelques précautions que vous pouvez prendre pour mieux protéger vos informations confidentielles concernant le programme.  

Veillez à ne pas :

  • Laisser votre boîte mail ouverte lorsque vous ne l’utilisez pas
  • Imprimer des informations et les laisser dans des endroits où d’autres personnes peuvent y avoir accès
  • Être dans un endroit avec d’autres personnes lors des réunions Zoom.

.

Lignes directrices pour le groupe de discussion et les réunions Zoom

Règles de base :

  • Attention à votre langage, merci de bien vouloir rester dans la bienveillance
  • Essayez de ne pas répondre durement aux déclarations des autres (c’est-à-dire ne dites pas « c’était stupide », etc.) ou d’ignorer les commentaires des autres.
  • Soyez à l’écoute et laissez les autres s’exprimer également. Essayez de ne pas trop monopoliser la conversation. Nous nous assurerons d’entendre les commentaires de chacun.e.s. Il est vraiment important de s’assurer que tout le monde ait l’opportunité de partager. C’est en partageant et en écoutant ce que les autres ont à dire que vous en tirerez le plus grand profit !

.

Comment tirer le meilleur parti de l’expérience ? Plus vous vous impliquerez activement, plus vous profiterez de l’expérience. Cela implique de participer aux discussions, d’écouter les autres et les réponses données. Le processus d’apprentissage ne consiste pas seulement à être ouvert et honnête, mais aussi à écouter les sentiments et les expériences des autres. Cette relation réciproque sera extrêmement importante pour vous aider à mieux vous connaître et à apprendre à changer vos attitudes et vos comportements.

.

Éléments interactifs

Avant d’aller plus loin, nous vous recommandons de choisir un carnet papier ou une page sur votre ordinateur qui deviendra votre « Journal Personnel ». Tout au long du programme, nous vous inviterons à y faire les exercices proposés.

Les personnes qui utilisent régulièrement leur journal personnel et les outils du programme ont plus de chances de tirer profit du programme.

Voici des exemples de ce qui peut se trouver dans un journal personnel :

  • Vos écris personnels en lien avec les exercices du programme
  • Vos réflexions concernant vos écris
  • Votre plan d’objectifs

.

Croyances sur mon corps

Quand vous y réfléchissez, ces deux équations ont-elles un sens pour vous ?

.

Oui : C’est une erreur de perception très courante. Essayez de vous demander :  

Est-ce que toutes les :

  • Belles personnes (homme ou femme) que vous connaissez sont heureuses ?
  • Personnes heureuses que vous connaissez sont belles ?
  • Personnes minces que vous connaissez sont belles ou heureuses ?  
  • .

    S’il est vrai que notre culture actuelle discrimine parfois les personnes rondes, nous ne pouvons pas généraliser et dire que les personnes minces sont plus heureuses que les autres.

    .

    Non : On dirait que vous voyez déjà le problème de cette logique. Pourquoi supposerions-nous qu’il faut être beau/belle pour être heureux.se ? Et pourquoi croirions-nous que les hommes minces, grands et musclés soient les seuls beaux hommes du monde ? Et les femmes grandes et minces les seules belles femmes du monde ? Bien que notre culture perpétue l’idée que seuls les personnes minces sont belles, en réalité les hommes et les femmes de toutes tailles sont beaux et belles. Rationnellement, nous savons que cette équation n’est pas vrai, mais il est parfois difficile de croire qu’être plus mince (ou plus grand ou plus musclé) ne nous rendra pas plus heureux

    .

    Le Dr Thomas Cash, dans son livre « What Do You See When You Look In The Mirror » (« Que voyez-vous lorsque vous vous regardez dans le miroir »), a identifié d’autres suppositions que nous faisons couramment au sujet de notre apparence.

    Selon le Dr Cash, nous avons tendance à supposer que :

    • Ce à quoi je ressemble est une partie importante de qui je suis.
    • La première chose que les personnes remarqueront chez moi, c’est ce qui ne va pas dans mon apparence.
    • L’apparence physique extérieure d’une personne est un signe de sa personnalité intérieure.
    • Mon apparence est responsable d’une grande partie de ce qui m’est arrivé dans ma vie.
    • Je devrais toujours faire ce que je peux pour être au mieux de ma forme.

    Une partie importante de ce programme consiste à vous faire comprendre comment les hypothèses que vous faites sur votre corps influencent la façon dont vous vous sentez et pensez votre corps.

    .

    Image corporelle et estime de soi

    La façon dont nous ressentons notre image corporelle affecte chacun d’entre nous différemment. Cela dépend de l’importance de l’image de notre corps pour notre estime de soi.  La première étape pour comprendre l’importance de votre corps sur votre estime de soi globale est d’identifier les composantes de votre estime de soi.

    Examinons les composantes de l’estime de soi de Chloé :

    • Aptitude aux études
    • Avoir de bons amis
    • Être un bon ami
    • Se sentir bien dans son corps
    • Aider les autres
    • Soutien de la famille
    • Avoir une bonne relation avec son petit ami
    • Se comporter d’une manière conforme à ses valeurs personnelles
    • Être créatif
    • La spiritualité

    .

    En examinant sa liste, Chloé a été surprise de constater que l’apparence était la composante la plus importante de son estime de soi.

    C’est maintenant votre tour. Prenez quelques minutes pour réfléchir aux aspects de votre vie qui déterminent votre estime de soi.

    .

    À vous de jouer ! : Remplissez dans votre journal personnel les éléments qui composent votre estime de vous.

    .

    En regardant votre liste, demandez-vous :

    • Quels sont les éléments qui ont le plus de pouvoir pour déterminer mon estime de moi ?
    • Est-ce que j’ai vraiment le contrôle sur les éléments de ma liste ?
    • Est-ce que votre humeur a une influence sur votre apparence ou votre apparence a-t-elle un impact sur votre humeur ?

    Tout au long du programme, vous réfléchirez à nouveau aux éléments de votre liste. Est-ce qu’ils définissent vraiment la façon dont vous vous sentez ? Les personnes sont parfois surprises d’apprendre qu’ils négligent d’autres éléments qui les aident à se sentir bien dans leur peau.

    .

    Avoir une perspective historique

    Le but de cet exercice est de vous aider à voir comment votre image corporelle a évolué dans le temps et de comprendre les influences culturelles et interpersonnelles sur votre image corporelle.

    .

    Procédure

    Pensez à ce que vous avez ressenti à propos de votre corps aux moments suivants de votre vie.

    Quelles ont été les influences spécifiques (comme votre famille, les photos d’école, les bals du lycée) sur la façon dont vous vous sentiez par rapport à votre apparence ?

    • Petite enfance (jusqu’à l’âge de 8 ans)
    • Plus tard dans l’enfance (de 8 ans à la puberté)
    • Début de l’adolescence (pendant la puberté)

    Essayez de faire le lien entre les influences sociales des autres dans votre vie et ce que vous avez ressenti par rapport à votre corps. Vous souvenez-vous de commentaires spécifiques faits à vous ou à d’autres femmes sur la beauté et le poids ?

    .

    Suggestions

    Commencez par vos expériences les plus anciennes. Vous pouvez penser à des événements ou des activités spécifiques où vous avez utilisé votre corps (par exemple, lorsque vous avez fait un sport tel que la danse).

    Anna a tenté cet exercice et voici ce qu’elle a découvert sur l’évolution de son image corporelle:

    « Pendant ma petite enfance, je ne pensais pas beaucoup à mon corps. Je me souviens que j’aimais courir partout. Ce que j’aimais le plus de mon corps était qu’il me permettait de jouer. Vers l’âge de 10 ans, mes amis et moi avons commencé à nous préoccuper davantage de l’apparence de notre corps. Quand nous avons commencé à traverser la puberté, on nous taquinait parfois sur la façon dont nos corps changeaient, ce qui était difficile parce que tout cela était nouveau et effrayant pour nous. Au lycée, j’ai commencé à comparer mon corps à celui des autres, ce qui me donnait souvent une mauvaise image de moi-même. Aujourd’hui encore, je me compare aux autres plus que je ne le voudrais, surtout lorsque je me sens mal dans ma peau. »

    En réfléchissant à ce que vous allez écrire, demandez-vous :

    • Qu’est-ce qui était différent à cette époque par rapport au présent ?
    • En quoi votre environnement était-il différent ?
    • En quoi vos sentiments étaient-ils différents ?
    • Qu’est-ce que cela fait de se sentir comme vous vous sentiez à ces moments-là ?

    .

    À vous de jouer ! : Une fois que vous avez réfléchi à l’évolution de votre image corporelle, écrivez ce que vous avez appris sur votre histoire dans votre journal personnel.

    .

    L’image corporelle et le cerveau

    Ne soyez pas surpris si vous vous sentez un peu bizarre au début en pensant régulièrement à votre corps. Il se peut que vous y pensiez un peu plus que d’habitude au cours des prochaines semaines !

    Et ce ne seront peut-être pas que des pensées agréables…

    Mais soyez patient et bienveillant avec vous-même. C’est une réaction tout à fait normale ! Pour se sentir bien dans son corps, il faut notamment aborder de front les questions difficiles qui peuvent parfois nous faire nous sentir mal. Nous espérons que vous apprendrez à remettre en question les pensées négatives que vous pouvez avoir à propos de votre corps et que vous les regarderez sous un jour nouveau et positif !

    N’hésitez pas à partager votre expérience sur le forum de discussion !

    .

    Lecture

    Chaque session comprendra une lecture sur un sujet abordé dans le cadre du programme.  

    Voici la première lecture :

    Aucun d’entre nous n’a probablement jamais été présenté au journal télévisé de 20 heures pour ce qu’il avait choisi comme petit-déjeuner le matin même. Après tout, qui s’en soucierait ? Pourtant, nous sommes bombardés par les reportages sur ce que font les célébrités et sur le poids qu’untel a pris ou perdu, et bizarrement, nous sommes fasciné.e.s par ces reportages. Notre fixation sur ce que mangent les autres et leur poids est un signe fort de l’obsession de notre société pour le poids en général. Et cela est vrai depuis longtemps ! 

    Et pour preuve, voici de récents articles qui en témoignent (dont certains ont des titres qui font peur !!! « Ces 25 stars jadis attrayantes, qui ont grossi de manière dramatique »)

    https://fr.celebrity.red/buzz/stars-qui-ont-grossi

    https://www.voici.fr/news-people/photo-adele-toujours-plus-mince-sa-silhouette-en-mini-robe-moulante-impressionne-les-internautes-716888

    http://www.incroyable.cc/post/internet-devient-fou-en-decouvrant-la-fille-qui-a-perdu-140-kilos-et-en-voyant-sa-transformation

    https://www.aufeminin.com/news-people/louane-victime-de-propos-grossophobes-je-m-attendais-a-de-tell-s4032470.html

    https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/adele-cash-sur-sa-perte-de-poids-elle-repond-aux-critiques_480741

    https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/lea-salame-complexee-par-son-poids-elle-assume-son-gras-du-bidou-et-ses-kilos-en-plus-2124303

    https://www.public.fr/Look/Beaute-coaching/Minceur-le-vrai-poids-des-stars-22433

    https://www.viepratique.fr/people/15-stars-ont-pris-beaucoup-de-poids-583626.html#item=2

    .

    Tout ne s’arrête pas là ! Vous pouvez trouver sur Youtube un nombre incalculable de vidéos sur ce que mange tel mannequin, telle célébrité…

    .

    Faut-il s’étonner que nous soyons constamment en train de nous surveiller et de surveiller les autres ? Par exemple, les femmes sont nombreuses à commander moins de nourriture lorsqu’elles mangent avec des hommes, car elles pensent que cela leur donnera l’air d’être plus délicate de prendre une salade plutôt qu’un bon steak-frites. Quant à eux, les hommes ont tendance à manger en plus grande quantité lorsqu’ils sont en présence de femmes (Kniffin et al., 2016).

    De plus, nous nous justifions constamment avant de commander un repas normal : « Je n’ai pas mangé depuis 24 heures, et j’ai passé toute la matinée à courir partout ».

    Au restaurant, nous évaluons comment nous nous sentons dans notre corps ce jour-là avant de commander notre repas, non pas tant pour déterminer si nous devons faire un régime, mais pour savoir si nous devons avoir l’air d’en faire un. Or, notre fascination pour notre apparence pendant que nous mangeons révèle à quel point nous sommes torturés par la nourriture et le poids.

    Qu’il s’agisse ou non du journal télévisé du 20 heures, nous avons presque tous ressenti la pression associée au fait de manger en public : la remarque plaisante d’un parent lorsque son enfant finit son assiette ou le regard de travers d’un ami sur notre repas. Ce sont toutes des situations qui peuvent potentiellement nous mettre mal à l’aise. Cependant, il est important de réaliser que ce que nous mangeons en public a très peu à voir avec ce que nous avons réellement besoin ou envie. Chacun a des besoins nutritionnels, des préférences alimentaires et des habitudes alimentaires différents. Au lieu de comparer ce que vous mangez avec les choix alimentaires des autres, il est préférable de profiter simplement de la nourriture que vous aimez et de la présence des personnes avec qui vous êtes : deux éléments qui font du repas une expérience agréable.

    Vous trouverez ci-dessous quelques questions qui vous aideront à réfléchir à certains de ces problèmes.

    • Vous êtes-vous déjà senti trop gêné pour manger en public ? Était-ce dû à la personne avec laquelle vous mangiez, à la façon dont vous vous sentiez dans votre corps ce jour-là, à ce que vous auriez aimé manger, ou à une combinaison de ces facteurs ?
    • Êtes-vous plus interpelé de voir une femme manger un repas copieux qu’un homme ? Pourquoi ?
    • Êtes-vous plus susceptible, si vous êtes une femme, de manger moins lorsque vous mangez devant des hommes ? Ou au contraire, si vous êtes un homme mangez vous plus abondamment devant une femme qu’à votre habitude ? En bref, êtes-vous susceptible de contrôler votre alimentation en présence d’une personne du sexe opposé ?

    Qu’en pensez-vous ?

    À vous de jouer ! : Consignez vos pensées dans votre journal personnel.

    .

    Aidez-nous à améliorer le programme pour vous et les autres !

    Nous nous efforçons de créer un programme qui non seulement vous aidera à effectuer les changements que vous souhaitez, mais qui sera également amusant et intéressant. Vos commentaires nous aideront à atteindre cet objectif et nous vous en remercions ! N’hésitez pas à commenter les sections que vous avez trouvées particulièrement utiles par rapport à celles qui étaient confuses et moins utiles.

    .

    Dites-nous ce que vous avez pensé de la session en commentaires !

    5 réflexions au sujet de « SESSION 1 (Groupe M) »

    1. J’ai apprécié cette première session introductive et surtout les petits exercices à réaliser. Tout est assez intéressant, bienveillant et parlant mais parfois il y a beaucoup d’informations. Je pense que certaines parties peuvent être réduites. Enfin, il aurait été intéressant selon moi de pouvoir avoir accès à un journal de bord directement sur la plateforme au lieu d’écrire sur notre ordinateur ou un cahier. Cela permettrait notamment de pouvoir écrire directement ici en dessous ou à côté des questions/ exemples pour s’y retrouver mais aussi inciterait plus à participer si par exemple après avoir réalisé la partie « à vous de jouer » il y avait une petit case à cocher pour signifier que nous l’avons réalisée.

    2. Première session très intéressante, j’ai aimé l’idée du journal personnel qui permet de poser par écrit des éléments qui nous traversent quotidiennement et surtout à l’aide de questions pour guider notre réflexion/introspection. Relire nos notes à la fin du programme sera intéressant pour observer notre évolution.

    3. Première session très interessante! L’idee du journal est pertinente, elle permettra d’avoir une vue d’ensemble tout au long du programme!

    4. Une première session très intéressante, les petits exercices font bien réfléchir et permettent de mettre à plat des choses auxquelles on pense beaucoup mais souvent sans les formaliser.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *